Home > Actualités > La Confédération paysanne d’Ile de France s’oppose à la ...
Partager sur :
10.08.2020

La Confédération paysanne d’Ile de France s’oppose à la dérogation autorisant l’utilisation des néonicotinoïdes

La Confédération paysanne d’Ile de France s’oppose à la dérogation autorisant l’utilisation des néonicotinoïdes pour les cultures de betteraves sucrières et soutient que des alternatives existent.

A l'heure où le gouvernement annonce une future dérogation pour autoriser à nouveau l'utilisation d'insecticides néonicotinoïdes, la Confédération paysanne d'Ile de France tient à rappeler qu'il existe déjà des solutions concrètes et efficaces pour lutter contre les invasions de pucerons vert, contrairement à la position que défend la présidente de la région Valérie PECRESSE et la FRSEA d'Ile de France qui ont appuyé cette demande de dérogation.

Le puceron vert a des prédateurs très présents dans nos territoires : le syrphe, la coccinelle, la chrysope, la punaise… mais aussi les petits oiseaux. Implanter des bandes fleuries dans les parcelles pour attirer ces auxiliaires de cultures, réduire la taille des parcelles en intercalant d'autres cultures non sensibles aux pucerons, diviser ces mêmes parcelles en ré-implantant des haies vives sont autant de solutions qui peuvent permettre, sans l'usage de produits dangereux pour les agriculteurs, les citoyens et l'environnement, de ralentir la progression du puceron et de maintenir un bon niveau de rendement et de rentabilité pour les producteurs de betteraves, ainsi que les autres cultures attaquées par les pucerons.

L'agriculture chimique a largement contribué à la disparition de l'ensemble de ces prédateurs naturels du puceron. Et la solution proposée par le gouvernement, à la demande des betteraviers est de poursuivre dans cette voie chimique qui s'est révélée être une impasse. Nous devons sortir de ce modèle agricole intensif qui a détruit la biodiversité et rend les agriculteurs dépendants de la pétrochimie. Attendre un nouveau produit de synthèse qui remplacera ces néonicotinoïdes très toxiques pour les abeilles est une utopie. Il faut s'appuyer sur les mécanismes naturels pour aller de l'avant en agriculture.

Le modèle agricole que défend la Confédération paysanne permet ce changement. L'actualité 2020 nous rappelle qu'il est indispensable et même du devoir des agriculteurs de composer avec la biodiversité pour prendre la direction d'une véritable résilience alimentaire plutôt que de chercher à faire plier la nature aux contraintes logistiques de l'agro-industrie. Taxée de passéiste, la Confédération paysanne d'Ile de France tient à faire remarquer qu'encore une fois aujourd'hui, c'est bien la filière betteravière, malgré un modernisme affiché qui est incapable de la moindre évolution de ce modèle agro-industriel en exigeant toujours le maintien ou le retour à la chimie de synthèse.
CAMPAGNES SOLIDAIRES
NOUS CONTACTER Confédération Paysanne d'Île de France

Pour toute information: idf@confederationpaysanne.fr / 06 50 47 74 63

Daniel EVAIN, porte-parole de la Confédération paysanne IDF: agrostis (at) orange (.) fr / 06 84 06 64 38