Home > Actualités > Augmentation de la Contribution Volontaire Obligatoire sur les ...
Partager sur :
11.04.2019

Augmentation de la Contribution Volontaire Obligatoire sur les céréales à paille

L'Association Générale des Producteurs de Blé, association spécialisée de la FNSEA*, vote une augmentation de la CVO* au lendemain des élections professionnelles !
 
Lors de la rencontre des acteurs de la filière Semences Céréales et Protéagineux organisée par le GNIS (interprofession des semences et plans) le 4 avril dernier, le président de la Section Céréales à Paille et Protéagineux du GNIS a remercié ceux qui ont permis le financement du prochain accord interprofessionnel relatif à la recherche et à l'innovation variétale dans le domaine des céréales à paille.
 
Cet accord, voté à l'unanimité par le conseil d'administration de l'Association Générale des Producteurs de Blé, association spécialisée adhérente à la FNSEA*, dont font partie des responsables de la FRSEA d'Île-de-France, entérine pourtant une forte augmentation de la Contribution Volontaire Obligatoire (CVO*) à la charge des producteurs de céréales. Ces derniers devront s'acquitter, dès la campagne 2019-2020, d'une taxe augmentée de près de 30%, passant de 0,70 €/tonne à 0,90 €/tonne.
 
Un schéma qui se répète au lendemain des élections professionnelles aux chambres d'agriculture. En effet, la CVO* avait déjà fortement augmentée (+40%) en 2013, année des précédentes élections professionnelles. Pourtant, la même FNSEA*, en fin d'année dernière en pleine campagne électorale, avait dénoncé la hausse des taxes et le matraquage fiscal des agriculteurs !
 
Les représentants du GNIS justifient cette augmentation pour « permettre un financement de la recherche plus équilibré entre les semences certifiées et les semences de ferme ». Ils avancent aussi l'argument que « la semence, par la génétique qu'elle embarque, est une alliée précieuse dans la baisse de l'utilisation de produits phytopharmaceutiques ».
 
Pour la Confédération paysanne Île-de-France, l'enjeu n'est pas de doter davantage encore les industries semencières qui travaillent avant tout à leur rentabilité, allant parfois jusqu'à prélever illégalement des contributions sur des variétés non protégées, mais bien de préserver l'autonomie des paysans dans l'utilisation des semences de même que dans leur sélection.
CAMPAGNES SOLIDAIRES
NOUS CONTACTER Confédération Paysanne d'Île de France

Pour toute information: idf@confederationpaysanne.fr / 06 50 47 74 63

Daniel EVAIN, porte-parole de la Confédération paysanne IDF: agrostis (at) orange (.) fr / 06 84 06 64 38