Home > Actualités > Sortir des pesticides par une réelle politique publique de soutien
Partager sur :
24.09.2019

Sortir des pesticides par une réelle politique publique de soutien

Le gouvernement a lancé une consultation publique sur des projets de mesures de protection des personnes lors de l’utilisation des pesticides à proximité des habitations. Pour la Confédération paysanne, l'urgence est de sortir des pesticides de synthèse par une réelle politique publique de soutien.
Le gouvernement a lancé, le 9 septembre dernier, une consultation publique sur des projets de décret et d'arrêté relatifs aux mesures de protection des personnes lors de l'utilisation des pesticides à proximité des habitations. Ces projets de textes visent à préciser les règles à respecter pour l'élaboration de chartes départementales d'engagement concertées entre les agriculteurs, les riverains et les élus locaux. Les projets de chartes préconisent la mise en place de distances minimales applicables pour l'épandage des produits phytosanitaires à proximité des habitations.
 
Pour la Confédération paysanne, ces chartes sont une fausse solution qui ne répond en rien à l'enjeu sanitaire réel. La mise en place de distances d'interdiction d'utilisation de pesticides à proximité des lieux d'habitation, quelles qu'elles soient, ne protège pas les riverain.e.s, encore moins les paysan.ne.s. Certes, dans certaines situations, cela peut limiter les risques d'intoxications aiguës. Mais les pesticides de synthèse se retrouvent dans l'air, l'eau, les sols, l'alimentation et des distances n'y changeront rien.
 
Pour notre syndicat, l'urgence est à une vraie politique publique de sortie des pesticides de synthèse. A savoir : l'interdiction des produits les plus toxiques [les cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques (CMR*) et perturbateurs endocriniens (PE)] accompagnée de la mise en place d'une série de mesures. Ces mesures doivent être tant de l'ordre de l'accompagnement technique des paysan.ne.s vers un changement de pratiques qu'économiques (meilleure structuration des filières locales, valorisation des productions, soutien à l'agriculture biologique) et commerciales (arrêt des importations de produits traités avec des pesticides interdits en France, prix minimum d'entrée sur le marché national, sortie des accords de libre échange).
 
Imposer des contraintes sans tenir compte des possibilités qu'ont les paysan.ne.s pour y faire face et sans prendre de mesures pour leur permettre d'y répondre, n'est pas acceptable. Il est impératif de soutenir réellement la transition de modèle agricole, le passage d'un modèle agricole industriel à bout de souffle, largement encouragé par les responsables politiques et qui a favorisé l'intensification de l'utilisation des pesticides, à un modèle agricole qui permette aux paysan.ne.s de regagner en autonomie sur leur ferme et de se passer des pesticides de synthèse.
 
La Confédération paysanne encourage les paysan.ne.s, quelques soient leurs pratiques initiales, à s'engager dans une démarche d'agriculture paysanne sur leur ferme avec objectif de changer progressivement leurs pratiques afin de gagner en autonomie, de travailler en préservant l'environnement, d'améliorer la qualité et la valorisation de leurs produits,de créer du lien avec les consommateurs et de contribuer à conserver des campagnes vivantes.

Crédits photos : Christophe Vuichard-Fotolia
CAMPAGNES SOLIDAIRES
NOUS CONTACTER Confédération Paysanne d'Île de France

Pour toute information: idf@confederationpaysanne.fr / 06 50 47 74 63

Daniel EVAIN, porte-parole de la Confédération paysanne IDF: agrostis (at) orange (.) fr / 06 84 06 64 38