Home > Campagnes solidaires > n° 366 - novembre 2020
Partager sur :

CAMPAGNES SOLIDAIRES


Campagnes solidaires est le mensuel de la Confédération paysanne, engagé avec les paysans et les acteurs du mouvement social dans l'émergence d'autres mondes possibles.

C'est un point de ralliement pour ceux qui veulent comprendre les réalités de la vie et des luttes paysannes dans le monde et ici en Europe.

C'est aussi un espace pour ceux qui veulent s'exprimer sur ces réalités et la manière d'agir sur elles.

Informer, c'est contribuer au débat sur les sujets de société tels que les OGM, la sécurité alimentaire et la mondialisation...

Campagnes Solidaires, notre, votre journal, tente chaque mois de restituer les résistances et les espoirs de ces luttes. Nous avons besoin de vous pour continuer ce combat.

Le numéro du mois

n° 366 - novembre 2020
Editorial Sommaire Dossier Archives

Abonnement

Cette indemnisation ne doit pas rester reste pas un acte isolé : la Confédération paysanne demande aux pouvoirs publics de faire passer la santé des paysans avant les profits de quelques grosses firmes phyto-pharmaceutiques.

La Confédération paysanne accueille avec satisfaction la décision d’indemnisation d’un agriculteur suite au développement d’un « syndrome myéloprolifératif » dont les pesticides ont été reconnus comme la cause.

Elle réclame cependant que cette indemnisation ne reste pas un acte isolé et demande aux pouvoirs publics de faire enfin des choix courageux qui protègent la santé des paysans avant les profits de quelques grosses firmes phyto-pharmaceutiques.

Le 23 avril dernier, la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (Civi) décidait de faire indemniser un agriculteur. L’exposition chronique aux pesticides de cet agriculteur pendant plus d’une décennie a été reconnue comme étant la cause du « syndrome myéloprolifératif » qu’il a développé.

Comme depuis 20 ans, et au même titre qu’elle a soutenu Paul François dans son combat contre Monsanto, la Confédération paysanne continuera à soutenir tous les combats qui visent la reconnaissance des effets dévastateurs des pesticides sur la santé des paysans et sur celle de leurs proches. L’effet néfaste de ces produits est aujourd’hui largement reconnu et relève d’une question de santé publique. Pourtant, il semblerait que le déni fasse foi au sein du gouvernement qui, par l’intermédiaire de son ministre de l’agriculture, déclare que l’interdiction du Cruiser « est une décision lourde qui a des conséquences très fortes notamment en termes d’emploi ». Au sein de la Confédération paysanne, nous imaginons déjà la catastrophe sanitaire en cours et ses conséquences si rien n’est fait dans le sens de cette interdiction. La réduction de l’utilisation des pesticides de 50 % ne peut être remise en cause sous prétexte de conséquences supposées. A contrario elle doit être encouragée voire accélérée, car la santé des personnes prime sur les intérêts financiers des firmes phyto-pharmaceutiques.

La Confédération paysanne estime qu’il est donc urgent de se battre pour protéger les premières victimes des pesticides et que tout doit être fait pour réduire leur dépendance à des produits reconnus comme toxiques et dangereux pour leur santé.

NOUS CONTACTER Confédération Paysanne d'Île de France

Pour toute information: idf@confederationpaysanne.fr / 06 50 47 74 63

Daniel EVAIN, porte-parole de la Confédération paysanne IDF: agrostis (at) orange (.) fr / 06 84 06 64 38